Silly Symphony 1929
Musique: Tally Dayle, Skeleton dance theme
Technique: black light

La Danse macabre est un court métrage d’animation américain en noir et blanc de la série des Silly Symphonies réalisé par Walt Disney et sorti en 1929.une danse de squelette dans un cimetière, qui deviendra La Danse macabre. Walt Disney suggère une farce macabre associée à la Marche des Trolls (op. 54-3, 1893) d’Edvard Grieg.

La nuit tombe, le hibou s’éveille, les chauve-souris quittent le clocher de l’église qui sonne les douze coups de minuit, une araignée quitte son arbre, un chien hurle à la lune, deux chats se battent dans le cimetière… C’est le moment qu’attendaient les squelettes pour sortir et s’amuser un peu. Le hibou observe, à ses dépens, les quatre squelettes qui viennent donner de la vie au cimetière endormi. Cela commence par une petite danse joyeuse. Ensuite, l’un d’entre eux joue du xylophone sur le corps d’un de ses comparses, un autre utilise un chat comme contrebasse pendant que le dernier danse en rythme. Mais le coq et son cri ramènent ce petit monde de la nuit à la réalité, il est temps pour les squelettes de se hâter et de regagner leur tombe.

La danse macabre est un élément, le plus achevé, de l’art macabre du Moyen Âge, du XIVe au XVIe siècle. Par cette sarabande qui mêle morts et vivants, la Danse macabre souligne la vanité des distinctions sociales, dont se moquait le destin, fauchant le pape comme le pauvre prêtre, l’empereur comme le lansquenet.
Cette représentation prend le pas sur l’idée que la mort n’épargne aucune classe sociale.
Tout au long du XVe siècle et au début du XVIe, ce thème est peint sur les murs des églises et dans les cimetières d’Europe du Nord. Il est diffusé à travers l’Europe par les textes poétiques colportés par les troupes de théâtre de rues.
Cette forme d’expression est le résultat d’une prise de conscience et d’une réflexion sur la vie et la mort, dans une période où celle-ci est devenue plus présente et plus traumatisante. Les guerres — surtout la guerre de Cent Ans — les famines et la peste, que représentent souvent les Quatre Cavaliers de l’Apocalypse, ont décimé les populations.
.

Back to top